mercredi 20 juillet 2022

Ainsi parlait R. M. Rilke

 

Les trois âges – Salvador Dali (1940)

 

« Ainsi la vie n’est que le rêve d’un rêve,

Mais l’état de veille est ailleurs.»

Rainer Maria Rilke


La mort n’est que l’autre face de la vie


« Affirmer la vie, c’est aussi affirmer la mort.

Admettre l’une sans l’autre, c’est une limitation qui, finalement, nous exclut de tout l’infini.

La mort n’est que l’autre face de la vie, le côté de la vie qui n’est pas tourné vers nous, et que nous n’éclairons pas.

Nous nous réalisons simultanément dans l’un et l’autre monde, notre existence s’y nourrit inépuisablement… …car il n’y a ni un en deçà, ni un au-delà, mais la GRANDE UNITE dans laquelle les êtres qui nous surpassent, les anges, sont chez eux.

Nous, les hommes d’ici et d’aujourd’hui, nous ne sommes pas un seul instant satisfaits dans le monde du Temps, ni fixés en lui.

Nous débordons sans cesse vers notre origine, vers les hommes de jadis, et vers ceux qui semblent venir après nous.

C’est dans ce monde ouvert, qui est le plus grand, que TOUS existent.

La nature, les choses qui nous entourent et qui nous servent sont provisoires et caduques, comme nous, mais elles sont, aussi longtemps que nous sommes ici-bas, …notre possession et notre amitié.

Pour nous, il s’agit donc, non pas de noircir et de rabaisser tout ce qui est d’ici-bas, mais précisément à cause de leur caractère provisoire, qui est aussi le notre, de saisir ces phénomènes et ces choses avec la compréhension la plus intime, et de les transformer.

Nous sommes les abeilles de l’univers.

Nous butinons éperdument le miel du visible pour l’accumuler dans la grande ruche d’or de l’Invisible ! »

Rainer Maria Rilke

(Lettre du 13 novembre 1925 à Witold von Hulewicz, le traducteur polonais des Élégies, dans laquelle Rilke définit ainsi le sens des Élégies)

 


mardi 21 juin 2022

La fracture spirituelle

 

La fracture spirituelle


« Le principal objectif de l’homme dans la vie est d’élever le niveau de sa conscience.

L’élévation du niveau de conscience est le véritable moyen de se changer soi-même et de changer le monde qui nous entoure. »

Grigori Grabovoï

J'ai toujours cherché à savoir le pourquoi des choses, à connaître la cause des événements ou l'origine des circonstances grevant notre existence.
Mais bien trop souvent en vain.
Jusqu 'au jour où j'ai compris l'inutilité de cette recherche, dans la mesure où nous n'avons pas accès à cette sorte de lucidité qui ferait de nous des êtres omniscients. En fait, nous sommes sur terre pour faire des expériences significatives d'adaptation à des situations plus ou moins difficiles. Et c'est sur nos capacités de réaction et nos réussites dans la gestion des crises que nous serons jugés.
 

Comment sommes-nous constitués et quel est le rôle de chaque organe ?

Le ternaire humain comprend:

- Le corps

                                                     - L’âme

- L’esprit

Le corps physique est notre véhicule d’incarnation ; il est le temple qui accueille en lui l’âme et l’esprit.

L’âme est le siège de l’activité psychique et dispose des modes de perception: émotions, sensations, analyse intellectuelle et morale, volonté.

L’esprit correspond à la dimension spirituelle de l’être humain ; il spiritualise à la fois l’âme et le corps par le biais de la conscience.

Pour accéder la connaissance spirituelle, la conscience doit bénéficier d’une élévation du niveau vibratoire du sujet, qui lui permette de décoller de la matérialité oppressante de notre quotidien. Traditionnellement, la conscience est définie comme la connaissance qu'un être vivant a de son existence et du monde qui l'entoure. Pour accéder à cette connaissance, la conscience permet de synthétiser et d'analyser les informations perçues par les sens.

C’est l’éveil spirituel qui permet cet accès à une véritable connaissance totale du visible et de l’invisible. L’éveil spirituel surpasse l'entendement intellectuel en le métamorphosant en outil intuitif sans limite. 

Cette énergie spirituelle recentre l’individu sur l’aspect transcendantal de son existence, sur sa présence au monde et son rôle personnel dans son incarnation.

  Tant que l’éveil est absent, il y a une fracture spirituelle qui nous sépare de l’esprit libérateur en nous maintenant dans une vraie déconnexion avec notre dimension supérieure.

Une vieille âme sera spirituelle par nature, elle travaillera consciemment avec des entités supérieures, élargissant ainsi son champ de vision ainsi que son champ de conscience. 

La connaissance est le chemin de la sagesse.

« Prends cent hommes, tu y trouveras un homme de foi. Prends cent hommes de foi, tu y trouveras un homme de connaissance. »

Jallal adDin Rumi

Avant tout, il nous faut apprendre à connaître le monde dans lequel nous évoluons, les êtres qui nous entourent et surtout réussir à se connaître soi-même. La singularité de l’homme, qui en fait toute sa richesse, comprend ses capacités à réfléchir, à s'interroger sur son origine, sa place dans cet univers, sur l'esprit, le sens de la vie, la mort ou le sacré.

Au-delà, il y a la connaissance spirituelle, qui nous ouvre les portes du chemin intérieur, celui de l’éveil.

Savoir.
La connaissance est nécessaire à l'ouverture d'horizons nouveaux permettant de faire des choix libres et d'agir en connaissance de cause.

Pouvoir.

La connaissance acquise autorise l’action ; à partir de là, l’être entre sur le chemin spirituel pour façonner son être supérieur en le délivrant des contraintes de la personnalité et des limitations mises en place par l’ego.

Comprendre.

Pour être guidé dans ce parcours, il faut trier dans le brouhaha des informations qui nous entoure ce qui est essentiel. Apprendre à séparer le bon grain de l’ivraie est nécessaire, privilégier la qualité à la quantité est vital, pour accéder à la seule vérité de la compréhension spirituelle.
 

" Le grand problème de notre temps tient à ce que nous ne comprenons pas ce qui se passe dans le monde.

 Nous sommes confrontés à l'obscurité de notre âme et à l'inconscient. Des impulsions pressantes en proviennent, obscures, impossibles à reconnaître. Il évide et met en pièces les formes de notre culture et ses réalisations historiques majeures. Nous les avons perdues, ou bien elles se trouvent dans le futur. Nos valeurs chancellent, il n'y a plus rien de certain, même la sanctissima causalitas est descendue du trône des axiomes et s'est transformée en simple champ de probabilités.

Quel est donc l'hôte terrifiant et funeste qui frappe à notre porte ?

La peur le précède, montrant que les ultimes valeurs se mobilisent à son encontre, ces valeurs auxquelles nous avons cru jusqu'ici et qui maintenant donc s'écroulent, cependant que notre seule certitude est de savoir que le monde nouveau sera différent de ce à quoi nous sommes habitués. "

C.G.Jung

« L’éveil n’est pas une chose. Ce n’est ni un but ni un concept. Ce n’est pas quelque chose qu’on obtient. C’est une métamorphose. Si la chenille pensait que le papillon auquel elle donne naissance, ce sont des ailes et des antennes qui poussent à elle, il n’y aurait pas de papillon. La chenille doit accepter de disparaître en se transformant. Lorsque le merveilleux papillon prend son envol, il ne reste rien en lui de la chenille. »

 Alejandro Jodorowsky

« Respectons le possible, dont personne ne connaît les limites, et soyons attentifs et sérieux devant le monde extra-humain d’où nous sortons et qui nous attend. »

Victor Hugo

"L'être humain est appelé à un éveil intérieur particulier par lequel seul il pourra appréhender le sens de son existence et connaître, de son vivant, par une expérience directe, la Source mystérieuse d'où il a émergé et dans laquelle il sera inexorablement réabsorbé lorsqu'il quittera cette forme d'existence. Mais cet éveil exige de lui des efforts spécifiques qui lui permettront de comprendre l'étrange absence à lui-même ou sommeil diurne dans lequel il passe d'ordinaire sa vie entière sans le savoir. "

Edouard Salim Michaël

«  Cette civilisation moderne a conduit l'humanité à deux guerres mondiales, mais la leçon n'a servi à aucun politicien. La politique ne se préoccupe que des apparences et ne tient aucun compte des réalités profondes.

Seule la conscience de leur nature spirituelle commune peut unir les hommes. Le sens de leur individualisme les condamne à l'égoïsme et aux conflits. C'est dans la vision même de l'homme et du sens de sa vie que se trouve la racine de tous les « problèmes ». Tant que l'aveuglement et l'ignorance prévaudront, tout problème résolu fera immédiatement place à un autre, dans un déséquilibre permanent.

L'intérêt pour la politique tient aujourd'hui la place que tenait autrefois l’intérêt pour la religion. Moins les gens ont l'intention de se diriger et de se réformer eux-mêmes, plus ils se préoccupent de la façon dont il faudrait diriger ou réformer la société.

En fait, les « problèmes » politiques, économiques et sociaux ne sont qu'une façade qui masque le véritable problème, lequel est spirituel et psychologique.

Aucune mesure ne sauvera la situation, qui ne tiendra pas compte de la réalité spirituelle, de la vraie nature de l'Homme. Pour le moment, l'humanité tourne le dos à cette vérité fondamentale. L'existence devient sans cesse plus complexe à tous égards et interdit de plus en plus aux hommes et aux femmes toute velléité de vie intérieure.

Le véritable bonheur ne peut se trouver que dans la « réalisation » ou la prise de conscience de la Nature profonde, du Soi, mais jeunes et vieux cherchent désespérément des plaisirs et des satisfactions qui ne peuvent pas durer.

C'est, par excellence, le fruit de ce que tous les enseignements initiatiques ont appelé l’aveuglement et l’ignorance. »

Arnaud Desjardins

 Monde moderne et Sagesse ancienne (1973)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jeudi 19 mai 2022

Le rêve

 

Dessin de Valentine Hugo - Le rêve du 21 décembre (1929)


Le rêve

« Heureusement, certains sont nés avec un système immunitaire spirituel qui, tôt ou tard, rejette la vision illusoire de ce monde qui leur a été greffée depuis la naissance jusqu’au conditionnement social.

Ils commencent à sentir que quelque chose est mal ; apparaît alors la recherche de réponses. La connaissance intérieure et les expériences extérieures anormales leur montrent un côté de la réalité que les autres ignorent et ils commencent ainsi leur voyage vers l’éveil.

Chaque étape du voyage est faite en suivant leur cœur au lieu de suivre la foule et en choisissant la connaissance et non pas les voiles de l’ignorance. »

Henri Bergson

----------

Les visions oniriques se multiplient et restent plus longtemps dans la mémoire claire, par bribes difficiles à relier pour retrouver leur sens. Beaucoup de personnages, certains que je connais, d’autres non. Fluidité d’images en couleur dans un mouvement incessant.

Je suis à la fois au centre et à l’extérieur des scènes qui se déroulent.

« Le Rêve est une seconde vie » disait Gérard de Nerval, qui nous ouvre les portes du monde de l’esprit.

Depuis toujours, la fonction onirique pose le problème de la réalité. Le réel est-il ce que l’homme vit ou ce qu’il rêve ?

« Lao Tseu rêva une fois qu'il était un papillon, un papillon qui voletait et voltigeait alentour, heureux de lui-même et faisant ce qui lui plaisait. Il ne savait pas qu'il était Lao Tseu. Soudain, il se réveilla, et il se tenait là, un Lao Tseu indiscutable et massif. Mais il ne savait pas s'il était Lao Tseu qui avait rêvé qu'il était un papillon, ou un papillon qui rêvait qu'il était Lao Tseu. Entre Lao Tseu et un papillon, il doit bien exister une différence ! C'est ce qu'on appelle la Transformation des choses.  

                          Lao Tseu « Discours sur l'identité des choses »  

« Ne se peut-il faire que cette moitié de vie n'est elle-même qu'un songe, sur lesquels les autres sont entés [greffés], dont nous nous éveillons à la mort ? (...) Qui sait si cette autre moitié de la vie où nous pensons veiller n'est pas un autre sommeil un peu différent du premier ? »

Pensées de Blaise Pascal (1623-1662)

 

Dans le Second Manifeste du surréalisme (1930) André Breton écrit « que l’idée du surréalisme tend simplement à la récupération totale de notre force psychique par un moyen qui n’est autre que la descente vertigineuse en nous, l’illumination systématique des lieux cachés et l’obscurcissement progressif des autres lieux, la promenade perpétuelle en pleine zone interdite. » Le surréalisme s’inscrit dans une longue tradition littéraire de décryptage de l’existence humaine, notamment par le biais du rêve, emboîtant le pas à Gérard de Nerval, Verlaine, Arthur Rimbaud, Baudelaire, et d’autres écrivains ayant cherché à explorer les profondeurs de l’être humain.

Cinq ans. C'est le temps moyen que nous passons tous, de notre naissance à notre mort, immergés dans notre propre monde onirique, cette « seconde vie » du rêve qui inspira de si belles pages à Gérard de Nerval.

-------------

« En même temps, le un est multiple puisqu’il comprend d’autres existences dans d’autres univers parallèles ainsi que sur cette terre, à l’heure actuelle. C’est la théorie du double qui veut que chacun ait sa copie, à ceci prés qu’il y a plusieurs copies.

C’est ce que nous avons voulu te montrer sur la photo mais tu n’as pas tout compris ; tu pensais qu’il s’agissait de toi, plus jeune et plus âgé, alors qu’en fait il s’agit de toi, dans d’autres vies sur cette terre, à l’heure actuelle. Tu penses à des clones de toi-même, mais tu te trompes car il ne s’agit pas de copies d’un original mais bien de la multiplication d’êtres originaux, chacun ayant une vie personnelle, propre et indépendante. Par contre, les expériences vécues de chacun s’additionnent pour se retrouver dans l’être principal, qui regroupe toutes ces individualités au final. 

 

Au lieu d’envisager des incarnations séparées par le temps, tu dois les envisager dans une globalité immédiate, comme une génération spontanée. Parce que le temps n’existe pas, parce que l’espace est une illusion et la matière une apparence, tout est un sans séparation réelle. Tu joues plusieurs rôles dans un grand scénario dont tu es en fait l’auteur. Ainsi tu mets en scène divers personnages qui sont tes créations et les reflets de toi-même. Mais tu ne peux appréhender cette notion de façon rationnelle parce que ton Moi est formaté pour répondre aux dimensions qui le conditionnent ; ce n’est qu’au fur et à mesure de la progression du Soi en toi que les séparations tomberont et que tu retrouveras ton unité réelle. Alors tu seras libéré de toutes les entraves qui t’aveuglent et tu retrouveras la lumière. »

(Extrait de Sarabandes nocturnes)

 

« La faculté de rêverie est une faculté divine et mystérieuse ; car c'est par le rêve que l'homme communique avec le monde ténébreux dont il est environné. »

Charles Baudelaire - Les Paradis artificiels

« En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers le rêve et nous fait savoir qu'il nous voit bien différent de ce que nous croyons être. »

Carl Gustav Jung

jeudi 5 mai 2022

Quelque part, en Absurdie

                                                               

"Fuyant la critique", huile sur toile de Pere Borrell del Caso, Madrid (1874)

 

Quelque part, en Absurdie

 

 

 « Je disais que le monde est absurde et j'allais trop vite. Ce monde en lui-même n'est pas raisonnable, c'est tout ce qu'on peut en dire. Mais ce qui est absurde, c'est la confrontation de cet irrationnel et de ce désir éperdu de clarté dont l'appel résonne au plus profond de l'homme. L'absurde dépend autant de l'homme que du monde. Il est pour le moment leur seul lien. Il les scelle l'un à l'autre comme la haine seule peut river les êtres. »

 

Albert Camus

Albert Camus, dans « Le mythe de Sisyphe » (1942), précise que

« l'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde. »

En réalité, ce sentiment d’absurdité n’est ni intrinsèque à l’homme ni propre à l’univers : il provient d’une absence de lien entre l’un et l’autre.

L’être ne sait pas pourquoi il est au monde et l’univers ne lui enseigne rien à ce sujet.

A l’inverse, l'animal, gouverné par l'âme groupe, ne possède pas d'âme individualisée et est régi par l’instinct.

 

L’instinct animal émane de l’inconscient collectif de son groupe qui met à sa disposition des réponses adaptées aux diverses situations de l’existence, sans faire appel à la réflexion et sans besoin d’éducation.

 

L’animal sait tout dés sa naissance quand l’homme a tout à apprendre.

 

L’individuation humaine lui permet de substituer à l’instinct l’intelligence consciente. De fait, l’instinct qui bénéficie des expériences vécues par le groupe antérieurement, est remplacé par la conscience que chaque être humain doit utiliser pour apporter des solutions à ses problèmes.

 

A partir de là, ce n’est qu’à posteriori que l’on pourra comprendre le sens de notre vie, au travers de nos expériences vécues, et encore, à la condition d’en faire l’effort. Et c’est bien là le plus difficile…

 

« La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se retournant vers le passé. »

Sören Kierkegaard

 

Il faut toujours garder à l’esprit ce fil rouge de notre vécu pour en saisir le sens et continuer d’aller de l’avant.

« L’évolution future de l’être humain on peut la regarder sur deux plans, on peut la regarder sur le plan collectif comme ce fût le cas pendant des milliers d’années et on peut la regarder sur le plan individuel. Avec l’évolution des nouvelles générations, l’être humain sera obligé de prendre conscience, c’est évident parce que l’être humain devient intelligent, il entre dans une phase d’évolution où l’expérience individuelle, personnelle, antérieure, n’était pas basée sur une intelligence profonde de soi, l’être humain est un être conditionné, il est très conditionné, l’histoire l’a complètement conditionné, la conscience de la race l’a conditionné. Avec l’évolution et ces évènements qui vont se passer à l‘avenir, l’être humain sera obligé de se prendre en mains, dans ce sens qu’il devra développer son propre centre de gravité, faire son propre contact intérieur si vous voulez.

L’évolution de la conscience est reliée à l’ouverture des centres psychiques. L’homme nouveau passera d’un état mental à un autre avant de bénéficier de sa relation avec l’invisible. La fin du cycle favorisera cette ouverture des centres et l’homme verra que la vie et sa réalité s’étendent au-delà de ce que la raison peut entrevoir. La fin du cycle et l’avènement d’une science nouvelle sont deux aspects profondément troublants de la nouvelle évolution. L’homme fera face à des possibilités qu’il aurait crues, il y a seulement quelques générations, le produit d’une imagination fertile. Ces choses se produiront en un clin d’œil, et le choc qu’elles feront alors sera grand. »

Bernard de Montréal  La Fin des Temps  (1988)

 

En attendant ce jour dont la date nous échappe, il faut tout faire pour sortir du cadre et échapper au carcan de l’incarnation, cette prison de chair dans la matière qui nous fait oublier qui nous sommes vraiment et pourquoi nous sommes là. Comprendre le lien entre l’univers et les poussières d’étoiles que nous sommes pour quitter l’absurdité de vivre et retrouver l’essence réelle de l’existence, voilà notre mission essentielle ici-bas.

 

« Du bon usage des crises.

 Ne soyons pas si mesquins, et disons du bon usage des crises, catastrophes, drames, naufrages divers. J’ai gagné la certitude, en cours de route, que les catastrophes sont là pour nous éviter le pire.

Et le pire, comment pourrais-je exprimer ce qu’est le pire ?

Le pire, c’est bel et bien d’avoir traversé la vie sans naufrages, d’être resté à la surface des choses, d’avoir dansé au bal des ombres, d’avoir pataugé dans ce marécage des on-dit, des apparences, de n’avoir jamais été précipité dans une autre dimension. Les crises, dans la société où nous vivons, sont vraiment ce qu’on a encore trouvé de mieux, à défaut de maître, quand on n’en a pas à portée de main, pour entrer dans l’autre dimension.

Dans notre société, toute l’ambition, toute la concentration est de nous détourner, de détourner notre attention de tout ce qui est important. Un système de fils barbelés, d’interdits pour ne pas avoir accès à notre profondeur.

C’est une immense conspiration, la plus gigantesque conspiration contre l’âme, contre l’esprit.

Dans une société où tout est barré, où les chemins ne sont pas indiqués pour entrer dans la profondeur, il n’y a que la crise pour pouvoir briser ces murs autour de nous. La crise, qui sert en quelque sorte de bélier pour enfoncer les portes de ces forteresses où nous nous tenons murés, avec tout l’arsenal de notre personnalité, tout ce que nous croyons être. »

 

 

Christiane Singer

Conférence prononcée le 15 juin 1991 à l’occasion du dixième anniversaire du Centre Dürckheim.

 

vendredi 1 avril 2022

Ainsi parle Keanu Reeves

 


« J’ai toujours senti que je ne suis pas de cette génération, j’y vis seulement ! Étant donné la façon dont mon état d’esprit diffère de la majorité, je pense que je viens d’une dimension différente. C’est pourquoi je garde des choses pour moi parce que beaucoup de gens ne me comprendront pas. »

Keanu Reeves

 

« Vous voyez les gens derrière moi ?


 Ils sont pressés d’aller travailler et ne portent attention à rien. Il y a des moments où nous sommes tellement embourbés dans nos vies quotidiennes que nous ne prenons pas le temps d’admirer la beauté de la vie.

C’est comme si on était des zombies. Levez les yeux et enlevez vos casques d’écoute. Dites « Bonjour ! » à ceux que vous voyez et, peut-être même, donnez un calin à quelqu’un qui semble souffrir. Aidez quelqu’un. Vous devez vivre chaque journée comme si c’était votre dernier jour de vie.

Ce que les gens ne savent pas sur moi, c’est que j’ai vécu une dépression, il y a quelques années. Je n’en ai pas parlé. J’ai dû lutter pour m’en sortir. La personne qui m’empêchait d’être heureux, c’était MOI. Chaque jour est précieux, alors traitons-le comme tel.

Demain n’est pas garanti, alors, vivons aujourd’hui ! J’espère que vous partagerez ce post pour répandre l’amour ! »

--------------------------------

 

« Je ne peux pas faire partie d’un monde où les hommes habillent leurs femmes comme des prostitués en montrant tout ce qui devrait être chéri. Où il n’y a pas de concept d’honneur et de dignité, et où on peut seulement compter sur ceux qui disent « Je promets ».

Où les femmes ne veulent pas d’enfants, et les hommes ne veulent pas de famille.

Où les profiteurs croient qu’ils réussissent derrière le volant de la voiture de leur père, et d’un père qui a un peu de pouvoir qui essaie de prouver que vous n’êtes personne.

Où les gens déclarent faussement qu’ils croient en Dieu avec un verre d’alcool à la main, et ont une totale incompréhension de leur religion.

Où le concept de la jalousie est considéré comme honteux, et où la modestie est un inconvénient.

Où les gens ont oublié l'amour, mais recherchent simplement le meilleur partenaire.

Où les gens réparent tous les bruits de leur voiture, n’économisent ni argent ni temps, ni eux-mêmes, ils paraissent si pauvres que seule une voiture chère peut le cacher.

Où les garçons gâchent l’argent de leurs parents dans les boites de nuit, singeant sous les sons primitifs, et où les filles en tombent amoureuses pour cela.

Là où les hommes et les femmes ne sont plus identifiables et où l’ensemble est appelé la liberté de choix, mais ceux qui choisissent un chemin différent sont qualifiés de despotes arriérés.

Je choisis mon chemin, mais dommage que je n’ai pas trouvé la même compréhension chez les gens parmi lesquels je voulais la trouver plus que tout… »

------------------------------------

Les humains sont sur le point de se libérer de la Matrice.

Une guerre est en cours qui façonnera l’avenir de l’existence humaine et le monde que nous laissons à nos enfants est silencieusement optimiste quant à l’avenir parce que l’humanité montre des signes de rupture avec la matrice.

La race humaine est réduite à l’esclavage depuis des milliers d’années, nous avons été maintenus dans une prison mentale par des élites obscures et des sociétés secrètes qui ont fait tout leur possible pour nous opprimer et nous empêcher de réaliser notre potentiel.

La matrice du monde réel commence à craquer.

L’humanité montre des signes de libération de la matrice.

Quel moment pour être en vie !

Nous vivons une époque passionnante.

Oui, bien sûr, il y a beaucoup de gens qui ne s’intéressent qu’aux Kardashian, mais une partie importante de la population a été réveillée.

Le plus important, c’est qu’il y a maintenant une guerre entre nos maîtres suprêmes et ceux qui veulent nous libérer.

Qu’est-ce que la matrice ?

la matrice est un univers holographique qui nous est projeté par ceux qui veulent nous contrôler.

L’humanité a été réprimée et contrôlée de cette façon pendant des millénaires.

Nous pensons que c’est réel, mais en réalité c’est juste un film qui se reproduit dans la conscience collective, qui se présente comme “réalité”.

Certaines des personnes les plus riches et les plus influentes du monde sont convaincues que nous vivons dans une simulation numérique.

Au moins deux des milliardaires de la Silicon Valley investissent de l’argent pour sortir les humains de la simulation dans laquelle ils pensent que nous vivons.

Certaines personnes de la Silicon Valley font des expériences pour essayer de nous en sortir, seulement ils font quelque chose de mal en essayant de se débarrasser de la matrice.

Il a un tuyau pour les milliardaires de la technologie.

Remettez vos portefeuilles dans vos poches.

Cela n’a rien à voir avec l’argent ou les ordinateurs.

C’est un changement spirituel qui doit avoir lieu, pas un piratage.

Ce changement spirituel a lieu.

Les gens en ont assez des guerres inutiles, du leadership totalitaire et du contrôle autoritaire.

Les gens se réveillent à ce qui est vraiment important dans la vie.

Je pense que les gens avaient vraiment peur que le monde s’écroule très récemment.

J’avais l’impression que les choses étaient devenues incontrôlables.

Nous avons perdu tout espoir de pouvoir nous sauver des forces obscures du monde.

Mais ouvre les yeux une minute et regarde autour de toi ce qui se passe.

Il est étonnant que des gens comme Trump soulèvent le voile dans une incroyable toile de manipulation interconnectée.

L’aimer ou le détester, c’est permettre à l’humanité de se réveiller de son sommeil et de voir que les mêmes quelques personnes, les mêmes sociétés secrètes, le bona fide Nouvel Ordre Mondial, contrôlent activement nos vies et répriment notre véritable capacité.

Mais les gens se réveillent lentement.

Il est temps de regagner notre pouvoir infini et d’ouvrir les portes de la prison mentale qui nous a motivés à nous construire.

Ce n’est pas une chose facile à faire, mais il est temps de marcher dans la lumière de la liberté.