lundi 9 février 2009

Morceaux choisis - Carlos Castaneda



Dans un monde où la mort est le chasseur, il n'y a pas de temps pour les regrets et pour les doutes. Il n'y a de temps que pour les décisions. Qu'as-tu décidé aujourd'hui ?


Les Prédateurs de la Conscience

La suite de notre conversation n'eut lieu que des années plus tard. A cette occasion - un de ses entretiens informels - Carlos amena le sujet à un concept entièrement neuf et effrayant, qui éveilla les controverses les plus passionnées.

" L'homme, dit-il, est un être magique, il a la capacité de voler dans l'univers pareillement à des millions d'autres consciences qui y existent. Mais à un moment donné de son histoire, il perdit sa liberté. Maintenant son esprit n'est plus le sien, mais une implantation."
Il affirma que les êtres humains sont otages d'un groupe d'entités cosmiques qui se dédient à la prédation, et que les sorciers appellent 'les flyers'.
Il dit que ce sujet avait été tenu secret par les anciens voyants, mais que, dû à un présage, il avait réalisé qu'il était temps de le révéler. Le présage était une photographie que son ami Tony, un Chrétien Bouddhiste, avait prise. Sur cette photo, apparaissait nettement l'image d'un être obscur et menaçant, flottant au-dessus d'une multitude de fidèles réunis sur le site des pyramides de Teotihuacan.

" Mes cohortes et moi-même décidèrent qu'il était temps de vous informer de notre vraie condition en tant qu'êtres sociaux et ce, malgré toute la suspicion qu'une telle information pourrait générer au sein du public."

Lorsque j'en eu l'opportunité, je lui demandai de m'en dire plus à propos des 'flyers', et il me raconta l'un des aspects les plus terrifiants du monde de Don Juan : Nous sommes prisonniers d'êtres venus des confins de l'univers, qui nous utilisent comme nous utilisons des poulets.
Il expliqua :
" La portion de l'univers qui nous est accessible est le champ opérationnel de deux formes de conscience radicalement différentes. Celle qui inclut les plantes, les animaux, et aussi les êtres humains, est une conscience blanchâtre, jeune et génératrice d'énergie. L'autre est une conscience infiniment plus ancienne et parasitaire, possédant une quantité énorme de connaissance.

" En plus des hommes et des autres êtres qui habitent cette Terre, il y a dans l'univers une immense gamme d'entités inorganiques. Elles sont présentes parmi nous et à certains moments, sont visibles. Nous les appelons fantômes ou apparitions.
" L'une de ces espèces, que les voyants décrivent comme d'énormes silhouettes volantes de couleur noire, arriva un jour de la profondeur du cosmos et rencontra un oasis de conscience sur notre planète. Elles se sont spécialisées à 'traire' les êtres humains.

"C'est incroyable ! " m'exclamai-je.
" Je sais, mais c'est la plus pure et la plus terrifiante vérité ! Ne t'es-tu jamais questionné sur les hauts et bas émotionnels énergétiques des gens ? C'est le prédateur qui vient périodiquement prélever son quota de conscience. Ils nous laissent juste ce qu'il faut pour que nous puissions continuer à vivre, et parfois même pas ça."

" Que voulez-vous dire ? "
" Parfois ils prennent trop et la personne tombe gravement malade, et peut même en mourir. "
Je n'arrivais pas à croire ce que j'entendais.
" Voulez vous dire par là que nous sommes dévorés vivants ? "
Il sourit.
" Bon, ils ne nous 'mangent' pas littéralement, ce qu'ils font c'est un transfert vibratoire. La conscience est énergie et ils peuvent s'aligner avec nous. Puisque par nature, ils sont perpétuellement affamés et que nous, par contre, exsudons de la lumière, le résultat de cet alignement peut être décrit comme une prédation énergétique. "

" Mais, pourquoi font-ils cela ? "
" Parce que sur le plan cosmique, l'énergie est la devise la plus forte, nous la recherchons tous, et les humains sont une race vitale, riche en aliments. Chaque chose vivante en mange une autre et c'est toujours le plus puissant qui gagne. Qui a dit que l'homme était au sommet de la chaîne alimentaire ? Cette vision ne peut venir que d'un être humain. Pour les êtres inorganiques, nous sommes des proies.
Je commentai qu'il m'était inconcevable que des entités même plus conscientes que nous, parviennent à un tel degré de prédation.


Extrait du livre "Rencontres avec le Nagual" d'Armando Torrès, d'après ses entretiens avec Carlos Castaneda

Aucun commentaire:

Publier un commentaire