mercredi 11 novembre 2009

La conscience d’être




La conscience d’être

"Moi, JE SUIS le Chemin, la Vérité et la Vie."
Jean 14,6



" [...] L’homme parvient à l’éternité en ce qu’il ne veut pas tout faire de lui-même en se glorifiant de ses propres forces, mais s’ouvre paisiblement et à chaque instant aux impulsions émanant des profondeurs des forces créatrices. "
Yi King

 

La guérison impossible

Tout guérisseur a ressenti un jour ce sentiment d’échec face à l’impossibilité de guérir un malade, pourtant atteint d’une maladie curable. C’est alors qu’un trouble s’empare du thérapeute, rapidement suivi d’un doute généralisé sur ses capacités de soignant.

Pourtant, il faut bien prendre conscience que le pouvoir de guérison n’appartient pas au seul guérisseur mais bien, en fait, au souffrant, notamment en ce qui concerne les affections graves d’origine psychosomatiques. Dans ce cas de figure, c’est le patient lui-même qui secrète sa maladie en réponse à un manque d’unité interne, à un déséquilibre qui le mine, consciemment ou pas, et qui correspond à une absence totale d’ouverture spirituelle, de reconnaissance de son âme et de communication avec elle.
L’âme ne pouvant se faire entendre provoque des désordres que seul le patient est apte à corriger en établissant le dialogue entre sa personnalité et son moi profond. C’est la règle du jeu ; elle est simple, ne supporte pas de dérogation et fait preuve d’une efficacité redoutable en matière de sanction-destruction du sujet égaré.
C’est pour cette raison que parfois le guérisseur déploie tous ses efforts en vain ; toute l’énergie qu’il apporte se perd immédiatement, tous les blocages qu’il supprime se reconstituent immédiatement. On ne peut remplir un seau percé, il faut tout d’abord boucher le trou qui le vidange.

 

La guérison possible

Comme le dit si bien W.H. Murray dans son livre "L’expédition écossaise dans l'Himalaya" :
« Jusqu'au moment où l'on s'engage, il n'y a qu'hésitation, occasion de revenir en arrière et inefficacité. Concernant tous les actes exigeant initiative et création, il y a une vérité élémentaire dont la méconnaissance a fait avorter des idées innombrables et des projets fabuleux : c'est qu'à l'instant où l'on s'engage pour de bon, la Providence se met en marche à son tour. »

Le secret réside dans la prise de conscience d’être un sujet du Créateur, de rester toujours conscient de l’étincelle divine qui nous habite et du travail qu’il nous incombe de faire pour retrouver cette dimension originelle masquée, pour que l’étincelle vivifiée par notre souffle devienne brasier et incandescence.
La priorité consiste à toujours rester centré sur ce processus qui seul est thérapeutique en matière de santé et libératoire sur le plan de l’éveil spirituel. Et c’est bien là le plus difficile tant la vie nous éparpille et nous perd au milieu des contre-valeurs qui nous distraient et nous égarent.
Et dans la démarche, c’est l’attitude juste respectant, à toute heure et en tout lieu, les valeurs immuables du Bien, du Bon et du Beau qui permet de maintenir la conscience de cet état de concentration spirituelle nécessaire à son équilibre vital.
Bien sûr, l’analyse de soi et l’expérience de l’introspection sont obligatoires pour provoquer le déclic d’ouverture de notre porte secrète et découvrir que ce qui en moi, qui dit " je suis ", a toujours été et sera toujours, immuable et éternel mais masqué et secret aux yeux des profanes.
Il faut absolument commencer et poursuivre ce cheminement initiatique dans la conscience de ce que
"je suis".
Quand l’être s’est retrouvé, en conscience, on peut dire que la présence du guérisseur devient inutile ; il n’a été qu’un déclencheur pour mettre de l’ordre dans le désordre des énergies du souffrant et lui permettre de se remettre en selle.

« Le secret se trouve dans l’expérience consciente de cet état :
de ce qui est immobile au centre de l’être. Et dans la démarche, l’attitude juste – la façon de vivre le quotidien. Le secret, il est dans le cheminement qu’inspire le secret...
Dans le fait de cheminer en pleine conscience sur le fil d’un rasoir, entre le moi qui devient et le Soi qui Est. La roue tourne mais le centre est immobile. Tourner consciemment avec la roue qui tourne. Et demeurer immobile avec le Centre. »

"Celui qui s'est choisi le centre pour demeure, circonscrit d'un seul regard la circonférence."
Angelus Silesius

"Quel est le plus difficile dans la vie ?
Ce qui semble le plus facile : voir ce qui se tient devant ses yeux."
Goethe



"L'homme est un secret.
Il faut le percer et si tu t'y attaches toute ta vie,
ne dis pas que tu as perdu ton temps."
Dostoïevski


"Demandez, vous obtiendrez;
cherchez, vous trouverez;
frappez, la porte vous sera ouverte.
Celui qui demande, reçoit;
celui qui cherche, trouve;
et pour celui qui frappe, la porte s'ouvrira."
Matthieu 7,7-8


"Le temple de Dieu est sacré,
et ce temple c'est vous."
1. Corinthiens - 3,17

Aucun commentaire:

Publier un commentaire