lundi 2 novembre 2009

"L'éveil ordinaire" de Denis Marie



L'éveil ordinaire

Denis Marie
« Le point de départ de tout ceci est l’événement qui a suivi ma transplantation. C’est arrivé le lendemain ou le surlendemain de l’opération au moment où j’exprimais ma reconnaissance. Alors qu'intimement et que du plus profond de mon cœur je remerciais le Ciel pour le dénouement de ma maladie, soudainement, tout se donnait… en moi… et tout autour de moi… Ébahi, je faisais simplement face à l’évidence. Comme si le filtre duel superposé au réel était tombé.



Tout ici, comme au premier jour, ne faisait qu’un. Tout, multiple et singulier, était contenu en un seul et même Ciel, en une seule et même Vérité. »

L’éveil ordinaire, le don du cœur



Je ne suis pas mon esprit… qui suis-je ?

C'est dans un hôpital, loin des temples et de tout contexte spirituel et religieux, dans la maladie et dans la guérison, que j’ai rencontré "celui" ou "ce" que je suis ultimement. J’ai découvert que je n’étais pas mon esprit, que je n’étais pas ma pensée, mais la Présence simple et spontanée qui précède toute manifestation.

L'éveil ordinaire est le passage de ce que nous croyons être, à ce que nous sommes véritablement. C’est cette rencontre simple avec « soi » qui n’a pas eu lieu, tel un rendez-vous manqué ou constamment différé. Il n’y a pas d’organisation, d’association, de philosophie, de méthode, de maître, qui pourront nous donner ce qui est en nous et que nous persistons à ne pas voir. Dans le jeu de l'illusion, nous sommes l'unique condition à nous-mêmes. Et quand bien même nous serions convaincus qu’il nous faut traverser l’univers afin de nous trouver, en définitive, c’est dans notre cœur que La Rencontre nous attend et qu’elle a lieu !



Se connaître : “Connais-toi toi-même”



Celui qui cherche est « Celui » qu’il nous faut rencontrer.



(…) Loin d’être un but mythique, l’éveil est ordinaire, l’éveil est déjà là. Il est à la portée de chacun, depuis là où il est. Il ne s’agit pas d’une performance spirituelle, d’une transcendance hors de portée, réservée à quelques élus ou à certains Êtres d’exception et qui s’obtient au terme d’un long et dur chemin d’ascèse.

S’éveiller c’est comprendre notre Nature véritable, c’est réaliser « Celui que l’on est » avant tout, originellement et dont jamais nous n’avons été séparés. Nous y sommes constamment, indépendamment de notre volonté et des situations diverses que nous vivons. Notre Nature est éveil, c’est nous, et non « une nature » cachée au fond de nous, qu'il nous faudrait retrouver. S’éveiller ne signifie pas atteindre un état de conscience supérieur, mais c’est recevoir et connaître l’ouverture naturelle qui sous-tend toute conscience. C’est rencontrer en nous l’éclat spontané du bonheur parfait derrière lequel nous courons, comme après une ombre fugace et inaccessible, malgré nos innombrables entreprises pour l’obtenir par une saisie.

L'éveil est le passage de ce que nous croyons être, à ce que nous sommes véritablement. C'est une totale démystification, le renversement du règne illégitime de l'esprit conceptuel, détrôné par une vue directe et spontanée qui s'actualise indépendamment des constructions du mental.



Parler « d'atteindre » l'éveil n'a pas de sens. Ce qui le caractérise et l’atteste, c’est l’épuisement total de toute notion de voie et de cheminement qu’il provoque, ainsi que l’effondrement de l’idée de « devenir » et de distance. En fait, il n'y a rien à rejoindre qui ne soit déjà là. Par conséquent, toute perspective, toute méthode dirigée vers un but s’avère caduque. Si nous sommes pleinement d'accord pour être ici, au cœur de l'instant présent, nous pouvons réaliser que naturellement nous reposons dans l'éveil et qu'il n'y a aucune distinction entre lui et nous. (…)
Denis Marie




Aucun commentaire:

Publier un commentaire