mardi 20 janvier 2009

Communications avec Hanx (12)


Le salut passe par la vertu.

Tu auras beau faire, tu ne pourras ni ignorer ni contourner cette sentence.

Mais, qu’est-ce que la vertu ?
C’est tout simplement le « bien faire » et le « faire bien ». La vertu est l’application vécue du bien au quotidien.
Comment savoir où commence et où s’arrête le bien ?
En regardant au fond de toi, en toute conscience, intuitivement. Tu sais immédiatement si ce à quoi tu penses ou ce que tu veux faire est bien ou pas. Non seulement, tu le sais immédiatement mais tu sais aussi que ce n’est pas amendable ou négociable. Parce que le bien est la traduction existentielle d’une valeur essentielle, celle de la loi de rétribution des actes.
En faisant le bien, tu raccourcis la distance à parcourir dans tes incarnations successives ; en ne le faisant pas, tu allonges cette même distance parce que la tiédeur n’est jamais positive en terme de valeur. Et si tu fais mal, car c’est un droit que tu as, à la longueur de la distance tu ajoutes la multiplication des handicaps et l’alourdissement des obstacles sur le chemin.

Fais le Bien, et fais le bien.
Je veux dire par là qu’opter pour le bien est essentiel et que prendre conscience que ce choix mérite application, attention et assiduité est vital. Car il ne suffit pas de bien penser, il faut aussi faire le bien. C’est à ce prix que tu avanceras vite et sans fatigue ; c’est à ce prix que tu seras reconnu à ta juste valeur.
Cela signifie que ne pas faire le mal ne suffit pas à faire le bien ; il faut transformer la neutralité en positivité, agir à bon escient tout en étant conscient de la démarche volontaire qui est un critère de réussite.
« Assez bien, bien, très bien » : ce n’est pas un hasard si ces critères de notation contribuent à estimer la valeur des enfants dans leur parcours éducatif. La référence au bien est claire et parlante ; mais qui l’a compris, qui se souvient encore du vrai sens des mots, celui qui a contribué à la création du terme, celui qui véhicule le sens du verbe.

Pourquoi nos messages te semblent toujours vagues et abstraits ?
Parce que tu attends quelque chose qui ne peut pas venir de nous mais seulement de toi. Nous te donnons la règle du jeu et c’est à toi de jouer. Nous pouvons te conseiller, t’aider, te protéger mais nous ne pouvons pas nous substituer à toi.

Il n’y a pas de procuration en matière d’initiation.
Tu en es à la phase où l’intellect a accumulé assez de connaissances et de compréhension du système ; il faut maintenant que la recherche spirituelle, par le biais de l’intuition, te permette de convertir la connaissance en acte. Il faut élever encore un peu ton niveau vibratoire pour accéder à l’exploration extra sensorielle ; il te manque juste un peu d’entraînement et tu y arriveras.
Développe ta force de concentration régulièrement et tu développeras ta vision interne. Tu attends trop de nous, c’est à toi qu’il faut t’adresser. Quand l’œil sera ouvert, tu comprendras vraiment tout ce que nous t’avons enseigné qui demeure encore théorique pour toi. Tu es sur le seuil, devant la porte qui attend que tu l’ouvres pour te laisser entrer. Alors tu connaîtras tout, ou plutôt tu le reconnaîtras.

Voir au-delà de la réalité matérielle, voilà ce que tu vas faire. Décrypter les énergies qui font la vie, repérer les anomalies créées par les maladies, améliorer la progression des êtres par le travail sur les énergies spirituelles, c’est le programme que tu dois réaliser.
Tu dois percevoir les vibrations des énergies afin de pouvoir les modifier en toute conscience. Fixe l’image de la bougie et concentre-toi sur sa flamme jusqu’à ce que tu la visualises les yeux fermés. Puis entraîne-toi à la faire disparaître et réapparaître. Ainsi tu faciliteras la visualisation et tu pourras plus facilement faire apparaître le signe de Rujbo.

Connaître les causes cachées…
Savoir le pourquoi des choses et connaître les causes cachées qui président à notre destinée : vaste programme et pratiquement sans limite quand on sait que le hasard n’existe pas.
Ainsi donc tout événement obéit obligatoirement à une raison qui le provoque. Souvent les actes d’aujourd’hui trouvent leur origine dans des existences antérieures ; c’est pourquoi la séparation étanche est nécessaire à votre intégrité psychique sinon vous tremperiez dans une polyphonie existentielle qui vous perturberait totalement.
Mais il n’est pas interdit de chercher à comprendre le sens de votre vie, d’en déceler les étapes successives et leur signification. Par l’intuition tu peux accéder au monde des causes qui te dévoilera la trajectoire de ton existence. Ce travail est d’autant plus passionnant qu’en trouvant le sens de ta vie actuelle, tu pourras la situer dans un ensemble d’incarnations successives qui te plongeront au cœur de ta vérité. Cette même vérité te permettra alors de savoir qui tu es et de te connaître toi-même.
Cette recherche, c’est la consécration même de l’initiation. Tu sais alors de façon certaine qui tu es, d’où tu viens et où tu vas. Ayant reçu les réponses certifiées par cette connaissance, tu n’auras plus désormais à t’incarner sur cette terre. En quelque sorte, dés que la mission est révélée, le missionné en est déchargé. Savoir, c’est se libérer.

Tout est si simple et tout coule de source.
Ce n’est jamais la même eau qui coule de la source à la mer mais c’est pourtant la même rivière qui mêle ses eaux pour exister. Ce n’est jamais le même être qui s’incarne successivement mais c’est le même esprit qui les guide et les conduit jusqu’au but final. Pourquoi les saumons, les anguilles, les esturgeons remontent les rivières à contre-courant vers la source si ce n’est pour retrouver leur origine. Pourquoi l’homme ne cherche-t-il pas davantage à comprendre qui il est et d’où il vient ?
Parce que l’auto conscience brouille les pistes, il est plus difficile à l’âme individualisée de retrouver des choses que le moi groupe animal permet plus facilement, à travers l’instinct. C’est la différence entre l’inné et l’acquis ; l’un s’offre, l’autre se mérite.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire