mercredi 18 mars 2009

Ainsi parlait Fontenelle


Bernard Fontenelle

Bernard Le Bouyer (ou Le Bovier) de Fontenelle, né à Rouen le 11 février 1657 et mort, presque centenaire, à Paris le 9 janvier 1757, est un écrivain français.

Fils d’un avocat et neveu des Corneille par sa mère, Fontenelle fit de brillantes études chez les jésuites de Rouen, où il laissa le renom d’un « jeune homme parfait sous tous les rapports ». Il entra ensuite au barreau, y plaida une seule cause, la perdit, et vint à Paris, auprès de son oncle maternel Thomas Corneille, débuter dans la littérature.

«Le bon a besoin de preuves, le beau n'en demande point.»

«J'ai presque cent ans, et je n'ai pas d'ennemis... ils sont tous morts.»

«Si l'on ôtait les chimères aux hommes, quel plaisir leur resterait-il ?»

«L'amour est le plus matinal de nos sentiments.»

«Il est temps que je m'en aille ! Je commence à voir les choses telles qu'elles sont.»


«Ne prenez pas la vie au sérieux ; de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant.»

«Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être bien avec soi.»

«Toutes les sciences ont leur chimère, après laquelle elles courent, sans la pouvoir attraper ; mais elles attrapent en chemin d'autres connaissances fort utiles.

«La santé c'est l'unité qui fait valoir tous les zéros de la vie.»

«Quand je n'aime plus, j'ai autant envie de ne plus être aimé que j'en ai d'être aimé quand j'aime.»

« Si la raison dominait sur la terre, il ne s'y passerait rien.»

«Le cœur est la source de toutes les erreurs dont nous avons besoin.»

«Ne disons pas du mal du diable : c'est peut-être l'homme d'affaires du bon dieu.»

«Un bon esprit cultivé est pour ainsi dire composé de tous les esprits précédents.»

«Il y a trois choses que j'ai beaucoup aimées sans rien y comprendre : la musique, la peinture et les femmes.»

«Toutes les vérités deviennent plus lumineuses les unes par les autres.»

«Les vrais philosophes passent leur vie à ne point croire ce qu'ils voient, et à tâcher de deviner ce qu'ils ne voient point.»

«Nous ne sommes parfaits sur rien, non pas même sur le mal.»

«On est rarement maître de se faire aimer, on l’est toujours de se faire estimer.»

«Mettez-vous dans l’esprit que les femmes veulent qu’on les aime, mais en même temps qu’on les divertisse.»

«Le grand obstacle au bonheur, c'est de s'attendre à un trop grand bonheur.»


«Dans l'usage ordinaire, la première question que l'on fait sur une femme que l'on ne connaît point, c'est, est-elle belle ? La seconde, a-t-elle de l'esprit ? Il arrive rarement que l'on fasse une troisième question.»

«Le bon a besoin de preuves, le beau n'en demande point.»

«J'ai presque cent ans, et je n'ai pas d'ennemis... ils sont tous morts.»

«Si l'on ôtait les chimères aux hommes, quel plaisir leur resterait-il ?»

«L'amour est le plus matinal de nos sentiments.»

«Il est temps que je m'en aille ! Je commence à voir les choses telles qu'elles sont.»


«Ne prenez pas la vie au sérieux ; de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant.»

«Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être bien avec soi.»

«Le plaisir est comme un lit de roses, mais le pli d'une seule suffit pour incommoder beaucoup.»

«Si les roses, qui ne durent qu'un jour faisaient des histoires... elles diraient : "Nous avons toujours vu le même jardinier ; de mémoire de rose on n'a vu que lui... Assurément il ne meurt point comme nous, il ne change seulement pas.»

«Si je tenais toutes les vérités dans ma main, je me donnerais bien garde de l'ouvrir pour les découvrir aux hommes.»

«Une belle femme est le paradis des yeux, l'enfer de l'âme et le purgatoire de la bourse.»

Aucun commentaire:

Publier un commentaire